Association « Senteurs et Pivoines » Assemblée générale du 2 mars 2018 A la mairie de Chabrillan


Association « Senteurs et Pivoines »
Assemblée générale du 2 mars 2018
A la mairie de Chabrillan

22 personnes sont présentes : M. le Maire Guy AUDRAS
M. GILOUIN, adjoint au maire
M. HERVE, conseiller municipal,
M. GOURDOL, vice-président des villages botaniques de la Drôme
Mme MT PONCE, présidente de l’association et son mari Daniel, tous deux bénévoles
M. ROLLAND, secrétaire et bénévole
Mme ROLLAND, trésorière et bénévole
Mme BREYTON, bénévole
Mme et M. BAYARD, bénévoles
M. André PERMINGEAT, bénévole
Mme ISSARD, bénévole
M. CHABILLON, bénévole
Mme BOULAY
Mme BRET
Mme COUTELIER
Mme et M. DI SCHINO
Mme et M. LIOTARD
Mme PETIOT

La séance débute à 18 h. L’ORDRE DU JOUR est le suivant : Bilan moral et d’activités
Bilan financier
Devenir du village botanique ?
Devenir de l’association Senteurs et Pivoines ?
Renouvellement du bureau

1) BILAN MORAL ET D’ACTIVITES
Comme à l’accoutumée, nous avons entretenu tous les massifs du village, mais l’année 2017 a été particulièrement difficile et éprouvante pour les membres de l’association. La présidente souligne le mérite, la ténacité mais aussi le découragement des bénévoles, face aux dommages subis régulièrement, au milieu de ce qu’ils ressentent comme une large indifférence des villageois, voire hostilité pour certains : les nouveaux rosiers des Charmes ont été piétinés, toutes les nouvelles plantations (rosiers de Barnier, végétaux des Cèdres et du cafébibliothèque), tout le nouvel étiquetage (et même 3 panneaux pour nous excuser auprès des visiteurs) ont disparu. Pire, du désherbant a provoqué la mort de plusieurs plantes et gravement endommagé les pivoines arbustives trentenaires de la place Barnier, provoquant un dommage irréparable au patrimoine chabrillanais.
Signalons qu’à notre demande, les villages botaniques ont accepté de ne pas nous évaluer cette année car, sans étiquettes, nous ne respectons plus la charte des villages botaniques.
De nombreuses réunions ont eu lieu pour réfléchir aux mesures à prendre face à ces actes de malveillance, pour décider s’il fallait rester village botanique ou tout simplement village fleuri. M. le maire, tenant à ce que Chabrillan garde son label village botanique, nous a demandé d’attendre la réunion publique qu’il prévoyait en février pour prendre notre décision (ce qui explique la date tardive de cette assemblée générale). Réunion décevante, par la faible participation, parfois même critique, et surtout par l’absence de nouveaux candidats au bénévolat.
Dans ces conditions, nous ne pouvons que remercier davantage nos 47 adhérents qui nous soutiennent, et parmi eux les Amis de Chabrillan pour leur bel article dans leur bulletin.
Mais le moral est bas et nous nous interrogeons sur le devenir du « village botanique » et de l’association.

2) BILAN FINANCIER
La trésorière commente le bilan financier de l’année : les finances sont saines (avec un solde de 1557,61€), surtout parce que, dans ce climat de malveillance, l’association a renoncé à faire toute plantation.
En revanche, de gros frais sont à prévoir à l’avenir pour remplacer les végétaux dégradés ou dérobés et se mettre en conformité (avec de nouvelles étiquettes).
La cotisation reste identique : 10€ par personne, 15€ par couple.
Le bilan est approuvé à l’unanimité.

3) DEVENIR DU VILLAGE BOTANIQUE
• Le Maire de Chabrillan confirme sa ferme volonté de rester « village botanique » un label intéressant pour le village, auquel les habitants du village sont, selon lui, plus indifférents qu’hostiles. Il demande s’il est possible de sortir 1, 2 ou 3 ans du label tout en conservant les panneaux, jusqu’à ce que nos problèmes de malveillance soient résolus et que nous soyons de nouveau en conformité.
• Réponse de M. GOURDOL, vice-président des villages botaniques de la Drôme :
M. Gourdol précise que cette opération a déjà été pratiquée et acceptée pour d’autres villages en situation difficile et que l’association des villages botaniques est souple et peut comprendre les difficultés provisoires éprouvées. Notre cas sera étudié le 13 mars, lors de la réunion des villages botaniques à Montvendre.
Il nous précise que ces dégradations arrivent ailleurs, qu’il faut savoir être tenaces, rester soudés malgré les
déboires, soutenus que nous sommes par un nombre non négligeable d’adhérents et la municipalité bien
présente ce soir.

4) DEVENIR DE L’ASSOCIATION « SENTEURS ET PIVOINES »
• Il faut absolument éradiquer ces actes de malveillance néfastes plus encore sur le plan moral que sur le plan financier. : il est difficile de continuer à travailler lorsque ce travail est systématiquement saccagé derrière.
Le problème de l’installation d’une caméra est à nouveau posé.
Il faudrait que les Chabrillanais se montrent vigilants afin de protéger ce qui est leur patrimoine.
• Essayer de simplifier notre travail : il y aura beaucoup plus à faire cette année, puisqu’à l’entretien habituel va s’ajouter un gros travail de réparation. D’où la nécessité d’alléger les contraintes du jardinage :
- par un paillage systématique (pour réduire arrosage et mauvaises herbes)
- grâce à un goutte à goutte au parc des Cèdres installé par la mairie ? (à cause de la sécheresse, il a fallu arroser tout l’été)
- par un choix adapté des plantes : Chabrillan possédant beaucoup plus que les 150 espèces exigées, pour nos futures plantations, laisser de côté les vivaces, privilégier les arbustes et les couvre-sols résistants et épineux ( M. Gourdol, spécialiste, nous propose son appui technique. Il propose aussi des échéances de paiement pour les étiquettes)
• Renforcer les équipes avec de nouveaux bénévoles : alors que le travail redouble, la moyenne d’âge des bénévoles augmente, et 2 d’entre eux nous quittent. Nous avons vraiment besoin d’aide, besoin de bonnes volontés, un besoin urgent de nouveaux bras.
Pour inciter les Chabrillanais à nous rejoindre …
• Un travail d’information et de sensibilisation est à faire par la municipalité :
- des opérations « coups de poing » sont prévues pour entretenir le village, sources de nouvelles
recrues ?
- expliquer les différences entre village botanique et village fleuri
- lancer une enquête auprès des Chabrillanais pour savoir s’ils sont attachés au label botanique,
au fleurissement
• Une meilleure communication est à faire par l’association (site de la mairie, plaquette )

Une certitude : de nouvelles recrues sont absolument nécessaires si l’on veut que l’association perdure et continue son travail d’embellissement du village.

5) RENOUVELLEMENT DU BUREAU
Le bureau reste inchangé : Marie-Thérèse Ponce, présidente
Jacques Rolland, secrétaire
Josette Rolland, trésorière

L’assemblée se termine à 20 heures, autour du verre de l’amitié